AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 T'en va pas au bout de la nuit - Libre -

Aller en bas 
AuteurMessage
Fury

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 21

Votre Loup. ♥
Meute.: Est.
Mémo.:
Rang.: Assassine.

MessageSujet: T'en va pas au bout de la nuit - Libre -    Sam 9 Juin - 23:11

« Adieu... mon amour »

Telles furent les dernières paroles que la belle louve blanche sussura d'une voix suave à sa dernière victime, trompée par son physique charimsatique et ses airs angéliques. Avec douceur et fermeté à la fois, elle planta ses crocs acérés dans la jugulaire du loup, lui assénant un coup qui lui serait fatal. Ce dernier écarquilla ses yeux horrifiés, où la seule lueur de vie qui persistait en lui vacilla et s'éteignit. Dans un mumure, il expira, sous le regard tranchant de l'assassine.

Le crépuscule était là, répandant sa fraîcheur et sa brume noire sur le monde. Fury redressa lentement la tête, ses crocs autrefois d'un blanc éclatant dégoulinant de sang. Elle se pourlécha les babines d'un air amplement satisfait, comme si ce qu'elle venait de faire était une habitude pour elle.
Jetant un ultime coup d'oeil à sa dernière victime, elle s'en alla en trottant avec grâce et légèreté.
Elle n'avait pas touché à la carcasse en lambeaux de chairs pour la simple et bonne raison qu'elle ne tuait pas pour se nourir mais pour assouvir son désir de faire couler le sang et de répandre le mal.

Les foulées amples, le rythme régulier, Fury poursuivait sa course. Elle retournait vers les terres de sa meute. Elle n'avait que trop tardé, déjà, lui semblait-il. Elle avait erré, découvrant de nouvelles choses plus ou moins intéréssantes que ce qu'elle avait déjà eu l'occasion de voir durant sa vie mais elle avait surtout pris dans les mailles de son filet quelques loups qui n'avaient pas resisté à la tentation... Vous savez maintenant comment ces malheureux ont fini, sous les griffes de cette louve que l'on disait « maudite ». Le souffle rauque et profond, elle laissait dans son sillage un nuage de vapeur et de poussière. Incontrôlable, le regard fou, elle allait sans hésitation. Ces chemins, ces forêts, ces bois et ces montagnes, elle les connaissait par coeur et plus rien n'avait de secrets pour elle, sur ce territoire défendu qui appartenait à la meute de l'Est.

L'odeur ennivrante et corsée du sang la fit frémir de tout son long et la plongea dans une exaltation débordante. Elle arrivait enfin, après de longues heures de routes à travers différents territoires, où personne n'avait tenté de lui barrer le passage. La nuit ne tarderait plus à répandre son voile obscur sur la face de la terre.
Devant ses prunelles d'ambre dansait encore la silhouette du loup qu'elle avait manipulé avec tant de facilités et qu'elle avait tué, un peu plus tôt. Elle ferma son esprit un court instant et ses pensées s'évanouirent, furent repoussées très loin, au plus profond de son âme et le souvenir fugitif de ce jeune loup épris d'amour pour elle disparu instantanément comme tant d'autres, oublié par le reste du monde. Et par sa meurtrière.

Fury ralentit la cadence, reprenant son souffle. Dans la nuit noire, elle parvenait tant bien que mal à distinguer l'endroit qu'elle avait si souvent parcouru, depuis son enfance. Elle se souvenait très bien quand elle venait avec les autres loupiots de l'Est jouer ici, dans cet endroit embaumé par les effluves sanglantes de la « Rivière de Sang ». Et chaque loup qui venait ici comprenait bien pourquoi on l'appelait de la sorte. Maintenant, tout cela était bien loin, bien trop loin de ce qu'elle vivait à présent. Ce n'était plus une jeune loupiotte insouciante et souriante, quelle que soit la situation. Son coeur se serra en repensant à cela. Qu'est-ce que cela signifiait ? Elle n'en savait strictement rien. Elle ne connaissait que la haine, la colère, l'excitation et rien d'autres. Serait-ce de la nostalgie qu'elle avait éprouvé, pendant une fraction de secondes ? Elle se dégoûta elle-même. Impossible.

L'assassine grogna légèrement, pour elle-même. La vie qu'elle menait la rendait heureuse, elle était excitante et non monotone comme celles des autres, au contraire. Elle se jura donc de ne plus éprouver le genre de sentiment qu'elle avait laissé faire surface, malgré elle. Les loups de l'Est étaient des durs et elle savait qu'elle devait être maître de ses émotions si elle voulait garder son rang. Assassine. Cela lui allait tellement bien. Pourtant, elle se souvenait aussi bien que quelques années auparavant, elle s'était vu à la place des dominants, après les avoir renversé par quelques stratagèmes que ce soit. Elle y avait songé, il était vrai, mais elle ne l'avait jamais fait, trop dévouée à sa meute pour cela. Le temps ferait son affaire, nous verrons bien ce que l'avenir lui réservera. Elle laissa donc ces pensées dans un côté de son esprit mais ne les oublia pas. Elles refaisaient surface de temps à autre.

Extenuée, la belle blanche se traîna à moitié vers la rivière et se déshydrata. Elle poussa un long soupir et resta allongée au bord, pendant un moment. Le temps passait et elle ne savait pas ce qu'elle allait faire ni ce qu'elle attendait. Elle méditait, perdue dans les méandres de son esprit...
Comme une enfant, elle s'assoupit sans prendre garde aux prédateurs qui pouvaient rôder non loin de là. Elle saurait se défendre en cas de besoin. Mais...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toshiro

avatar

Messages : 509
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 20

Votre Loup. ♥
Meute.: Est.
Mémo.:
Rang.: Mercenaire/Bêta

MessageSujet: Re: T'en va pas au bout de la nuit - Libre -    Sam 16 Juin - 8:45

Mes pas étaient seuls perturbateurs dans ce silence absolu. Mais le son qu'ils émettaient était tellement infime que toutes les proies qui trônaient dans la forêt ne s'étaient aperçus de ma présence. Tel un fantôme. Je ne chassais pas, je ne pensais pas, j’errais sans but sur la ligne du destin. On pouvait dire que je patrouillais au fond... Oui c'est cela, surement... je patrouillais. Mais je ne savais où j'allais. Mon coeur ne guidait mes pas. Mon corps choisissait sa destination. Et même si je voulais le contrôler, mon esprit était ailleurs, dans une sorte d'autre univers.

Comme je le disais, la nuit était silencieuse, merveilleuse, éclairée d'une Lune, belle comme le jour. Pourtant, l'heure et le jour ne m'étaient pas dans une sensation de bien être. Celle, je veux dire, celle qui donne envie de hurler, de pleurer. Un mauvais pressentiment flottait entre les voiles du navire qui me formait. Moi.

Mais qui étais-je donc pour juger la nuit?


Et je marchais. Marchais. Tantôt trottais. Trottais. Et sur les lignes courbes des collines, je galopais. Galopais. Infatigable.

Je m'enfonçais dans l'obscurité, silencieux.


Pourtant, le climat qui m’imprégnait me séduisait. Le froid, le noir, l'absence de mouvement.

Revenons à moi. Et bien... Il me semble que je suis au poste de Bêta. Je suis gris. Argenté. Je me fondais dans les ténèbres. Et je ne vous parlerais pas de la cicatrice sur mon torse. Jamais.

Soudain, un flash m'éveilla. Pas un flash, une odeur. Une odeur attirante... Mais écœurante. Et mon instinct me guida. Je me mis à courir, plus vite que je n'avais jamais couru. Tel une flèche. Comme si je n'avais jamais existé.

Plus je me rapprochais, plus l'odeur m’imprégnait. Elle me séduisait, elle aspirait la haine, la souffrance. Et puis, je me figeais net. C'était du sang. Du sang. Mes pupilles se dilatèrent.

C'était un loup. Une louve. Une louve dont la gueule était recouverte de sang. Une Assassine. Un ange démoniaque.

Et dans le plus parfait des silences je m'approchai, jusqu'à me rendre visible, en face de la louve blanche, sur la rive opposée. Mes yeux fixés sur les siens. Avec le plus profond des regards.

Un moment intense. Une chose que je n'avais ressentie depuis au moins une éternité.


(Un peu court, je crois mais j'espère que ça conviendra, ma p'tite Fury^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fury

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 21

Votre Loup. ♥
Meute.: Est.
Mémo.:
Rang.: Assassine.

MessageSujet: Re: T'en va pas au bout de la nuit - Libre -    Dim 17 Juin - 1:17

[Bien sûr que ça me conviens. =D Ce n'est pas la quantité qui fait la qualité.]

C'était un rêve étrange. Un de ces rêves qu'elle faisait encore lors de son enfance, lorsqu'elle n'était qu'une jeune et insouciante louve. Dans un paysage onirique, elle semblait planer et était envahie par un sentiment de liberté grandissant. Elle n'avait jamais ressentie ça. En sursaut, elle se réveilla et se releva précipitamment. La tête lui tourna pendant quelques instants, tandis qu'elle reprenait lentement ses esprits.
Quand elle réalisa enfin qu'elle s'était assoupie, elle se maudit elle-même et se jura de ne plus recommencer. Une louve comme elle n'avait pas de répit, encore moins la nuit venue, le moment où elle faisait ses victimes. Le moment qu'elle attendait toute la journée. Et quand il arrivait enfin, au crépuscule, elle se mettait à traquer les mâles les plus inconscients et les faisaient tomber sous son charme, inévitablement. Ca avait toujours été comme ça et Fury savait bien que ce le serait toujours. Jusqu'à la fin. La toute fin.

Pourtant, en cette belle nuit, elle n'allait pas comme d'habitude. Quelque chose clochait. Elle se sentait faible, vulnérable mais tenta de ne pas y prêter attention. Un trouble pesant qui distillait en elle des émois qu'elle n'avait jamais, ô grand jamais, ressenti de toute sa vie.
Poussant un long soupir, elle rumina de sombres pensées, assise en face de la rivière où s'écoulait un liquide qui s'apparentait à du sang et dont seuls les membres du clan de l'Est pouvaient s'abreuver, disait-on. Mais quel imbécile d'une autre meute aurait été assez impertinent, assez fou pour venir s'aventurer ici ? Seuls les suicidaires s'y risquaient, et leurs carcasses déchiquetées gisaient sur la berge. Des yeux rouges, injectés de sang, guettaient très souvent les lieux dominés par l'Est. Il n'y avait pas d'échappatoire pour les inconnus, ils périssaient comme de lamentables proies.

Les sens de la louve étaient parfaitement aiguisés et elle savait bien qu'un inconnu s'avançait vers elle, malgré la profonde noirceur de la nuit. Une lueur démente brilla dans son regard d'ambre alors que ses muscles se tendaient, prêts à attaquer en cas de besoin.
Seul un halo argenté éclairait la rivière sanglante ou se tenait Fury. Cette dernière se releva, droite et immobile, se confondant parfaitement avec le paysage. L'odeur continuait de se rapprocher : l'inconnu devait avoir senti la sienne. Ses muscles finement ciselés tressaillirent sous sa fourrure d'ivoire. Un frisson qui parcourut son corps tout entier pendant un instant, qui se mit à faiblir et qui disparut totalement. Réflexes d'assassine, avec une agilité hors norme, telle un félin, elle se préparait à bondir sans plus tarder sur son adversaire, quand il arriverait, si jamais celui-ci décidait de l'attaquer. Mais quelque chose, elle ne savait pas quoi, lui disait clairement et fermement de rester là où elle était, de ne pas se tapir dans l'ombre des arbres. Le loup arrivait. Trop tard, il l'avait déjà aperçue. Elle ne pouvait plus reculer.

Avec toute sa volonté, elle essayait de perçer la nuit noire de ses yeux étincelants. Le corps de l'inconnu se précisa et l'assasine put voir qu'il avait l'allure d'un mâle d'âge adulte, enveloppé dans une somptueuse fourrure. Il se faisait silencieux et semblait croire que la louve ne l'avait pas vu. Cette dernière s'avança lentement, face à la rivière et fit quelques pas, s'approchant ainsi de l'endroit où l'inconnu allait faire son apparition. Son plan était très simple. Elle le laisserait s'approcher en douce et se prêterait à son jeu favori. A moins qu'il ne veuille l'attaquer, et là, ce serait une toute autre affaire.

Et il était là, en face d'elle. Il respirait l'odeur du sang qui imprégnait le lieu. Fury reconaissait en lui l'odeur et la puissance de la meute de l'Est. Elle serra ses minces lèvres et son regard vrilla un instant. Il serait très mal vu qu'elle tue un membre de son clan. Tant pis, elle verrait bien le moment venu. Pour l'heure, elle devait jouer son double jeu et il fallait qu'elle le fasse correctement. Séduisante manipulatrice, son visage charmeur fut illuminé par un sourire ravageur qu'elle adressa au mâle, qui se tenait sur la rive opposée. Ses yeux restaient fixés dans les siens, un regard profond. Un moment de pur silence, un moment troublant. Décisif même.

Gracieuse, légère, elle se déplaça et alla se percher sur un rocher au milieu de la rivière de sang. Elle attendrait un signe, n'importe lequel, de la part du mâle pour s'avancer un peu plus. Désormais elle n'était plus l'assassine qu'elle était habituellement : elle devait taire son caractère normal et laisser place à la personnalité qu'elle se plaisait à jouer pour séduire. Le loup n'aurait d'yeux que pour elle, elle le préssentait déjà. Elle ferait en sorte de faire naître en lui un tourbillon de sentiments et d'émotions incontrôlables, le plongeant dans la tentation à laquelle il ne pourrait pas résister. Son corps frémirait de passions, d'envies et de désirs, n'attendrait que d'être consumé par un feu ardent que seule la louve pourrait lui fournir.

Fury dévisageait toujours l'inconnu dont elle ne connaissait rien. Pas même le nom. Son regard perçant sur son beau corps, ses fines lèvres entrouvertes, attendant une parole, un mot. Ce qui était sûr, c'est qu'elle ne parlerait pas la première. Elle se contentait de le brûler du regard, avec ses yeux revolvers. Doucement, elle cligna des yeux, invitation tendue au loup. A lui de la prendre comme il la voudrait. Elle en savait la signification.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toshiro

avatar

Messages : 509
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 20

Votre Loup. ♥
Meute.: Est.
Mémo.:
Rang.: Mercenaire/Bêta

MessageSujet: Re: T'en va pas au bout de la nuit - Libre -    Dim 17 Juin - 7:44

La louve était peu éclairée car les branches des arbres l’ombrageaient. Mais je pus apercevoir, rien qu'une seconde, un sourire charmeur, presque pervers. Elle avait des idées. Elle était dans un monde... que je ne connaissais pas. Blanche était-elle, à ce qu'il parait. Blanche, délicate, somptueuse. Une queue légère, fine, flottante. Une tête bien formée, parfaite. La louve avait tout pour plaire, et elle était seule. Seule. Et je continuais à fixer mon regard sur elle, étudiant ses moindres tressaillements. Enfait, elle ne bougeait que très peu. Elle attendait. Une légère brise souffla. Les bruits de la rivière s’atténuèrent. Je détournais mon regard qu'une seule fois, elle était déjà en train de voler, de flotter. Elle était, désormais, sur le rocher qui trônait dans la rivière. Rien qu'à voir sa position, je sentais qu'elle était dangereuse. Une rose. Malgré ma stature plus imposante que la sienne, je reculai. Mais qu'un pas.
J'adorais ses yeux. Si énigmatiques. Si envoutants. Finalement ce qui rendait spéciale cette guerrière à mes yeux. Elle était attirante
mais... je ne voulais aimer. J'étais solitaire et surtout...
Depuis toujours, je considérais les louves égales des loups. Elles n'étaient pas faibles. Si elles le voulaient, elles pouvaient être aussi puissantes que le puis puissant des guerrier. Et bizarrement, je trouvais cela injurieux d'aborder ou de draguer une femelle comme ça sous des pulsions. Entre mâles, vouloir devenir bon ami sur un coup de tête avec un inconnu ou presque, c'était la même chose avec les louves. Pour moi, le minimum était de la connaitre assez pour savoir ses rêves, son nom, son âge et une part de son histoire, longue ou infime. Donc même si cette louve soulevait mes envies, je résisterais pour ne pas la toucher. Que ce soit dur ou non. Mais c'est sur que si elle continuait comme cela, malgré mon caractère, je ne pourrais résister. Je le sentais, et un sentiment de peur de sombrer dans les délices montait en moi.

Elle cligna des yeux. Je tressaillis. Elle ne parlait pas. Pourtant j'attendais instinctivement le son de sa voix. Mes pattes tremblaient. Ma queue virevoltait comme pour chasser mon stress.
Enfait, je crois que je n'aimais pas la lueur qui brillait dans ses yeux. Malsaine? Non, irrésistible. Elle m'incitais à la dévorer du regard. Elle voulait que je m'empare d'elle. Je ne bronchais pas. Je gonflais mon torse, contractais mes muscles, essayant de me soutirer du trou noir qui m'absorbait. Sans m'en apercevoir j'avais fais deux pas. Et j'étais plus près d'elle que je ne voulais. Mais je ne pouvais plus reculer.
Mon cœur battait.
Tremblotant comme un petit louveteau, je bafouillai, pas très fier de moi:

"Que veux-tu, Assassine?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fury

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 21

Votre Loup. ♥
Meute.: Est.
Mémo.:
Rang.: Assassine.

MessageSujet: Re: T'en va pas au bout de la nuit - Libre -    Lun 18 Juin - 6:08



« J'irai chercher ton coeur ton coeur si tu l'emportes ailleurs
Même si dans tes danses, d'autres dansent tes heures
J'irai chercher ton âme dans les froids, dans les flammes
Je te jetterai des sorts, pour que tu m'aimes encore. »
Céline Dion - Pour que tu m'aimes encore.


Ils étaient des ombres, dans la nuit noire, seulement éclairés par une lune faible et argentée. Fury, toujours perchée sur son rocher immergé, l'autre loup qui ne tarderait pas à tomber dans les mailles de son filet, sur la rive opposée. Elle le frôlait de son regard, le portait sur ses épaules comme elle portait le monde. Tout, entre eux, se jouait sur le regard qu'ils se lançaient mutuellement : libres à eux de les interpréter par la suite comme ils le souhaitaient.
Une aura dangereuse planait dans ce lieu quéri par le silence, et l'inconnu devait bien le sentir. Fury en était l'unique source. Immobile, elle laissait la douce brise s'infiltrer dans son pelage d'ivoire, faisant voler quelques poils épars. Telle une statue de marbre, grande inquisitrice du royaume du Mal.

Tout sembla s'arrêter. C'était silencieux. Etonnament silencieux. Le loup, en face, semblait dévorer l'assassine du regard, ses yeux plongés dans les siens. Le regard de la louve était magnétique, tel un aimant. Il vous accrochait, vous attirait à elle sans que vous puissiez vous en rendre vraiment compte.
L'inconnu semblait pourtant mener un rude combat en lui-même. Céder à la tentation de s'approcher encore plus de cette étrange et délicieuse créature ou se l'interdire et le regretter amèrement par la suite. Fury savait bien que le mâle ne céderait pas aussi facilement, il suffisait de le regarder pour le voir. Mais elle n'abandonnerait pas, oh non.

Avec volupté et la grâce d'un félin, elle bondit de son perchoir et atterit avec légèreté sur ses quatres pattes. Elle n'était qu'à quelques mètres de lui. Son regard ne vrilla pas, elle le soutint sans difficulté, un étrange sourire s'esquissant peu à peu sur son visage déterminé. Inquiétant. Elle était obstinée et rien ne l'arrêterait ; Fury était comme une princesse : une fois qu'elle voulait quelque chose, plus rien ne pourrait lui barrer la route et elle ferait tout pour l'obtenir.
Elle se rapprocha de l'individu, qui faisait par ailleurs partie de sa meute. Son jeu de séduction était risqué et pouvait très mal tourner, d'un moment à l'autre. Mais elle croyait dur comme fer que cela fonctionnerait, comme à chaque fois. Elle était à présent à quelques centimètres de lui. Elle perçevait ses tremblements incontrôlés, sûrement dû à son charme irrésistible qui en faisait fondre plus d'un. D'une voix peu sûre, bafouillant, il lui dit :

« Que veux-tu assassine ? »

Fury accueillit ces paroles neutres avec un calme et une douceur exquise, que l'on ne lui reconnaissait pas. Du moins, pas dans son état habituel. C'en était déconcertant, même. Le loup fit deux pas en sa direction, comme attiré par son regard magnétique. Ce ne pouvait qu'être ça : il n'y résistait pas, il y succombait comme tant d'autres. Il ne pouvait plus reculer. Il était piégé. Elle le tenait presque à sa merci et en savourait chaque instant. Un éclair sombre éclaira ses pupilles d'ambre, pendant une fraction de secondes. Le mâle l'avait-il remarqué ? Cela lui importait peu.
Elle planait presque. Douce, légère, elle le frôla. S'écarta. Lui jeta un regard provocant accompagné d'un sourire dévastateur.

« Qu'est-ce qui te fais dire que je désire quelque chose ? Remercions seulement la bonne étoile de nous avoir réunis ici. Tu ne regretteras pas d'avoir croisé ma route. » lui assura t-elle, d'une voix suave, pesant bien le poids de chaque mots de sa phrase à double sens. « Apelle-moi Fury, cela vaut bien mieux que de me nommer par mon rang. » lui sussura t-elle à l'oreille en lui adressant un clin d'oeil, dans la noirceur de la nuit. Elle était déjà en pleins émois quant à la pensée de ce qui pourrait s'ensuivre... Se prendrait-il à son petit manège ou résisterait-il à son aura envoûtante ?

Mais le jeu auquel elle était en train de se prêter pouvait se révéler véritablement dangereux, pour une autre raison encore. La politique. Il était de coutume qu'elle tuait ses amants après s'être servi d'eux. Mais elle savait pertinemment que cela déclencherait un conflit entre elle et sa meute si jamais elle faisait de même avec ce loup. Pourtant, comment résister au plaisir de voir un mâle tomber sous son charme ? Elle ne pouvait pas, tout simplement pas. Elle avait pris conscience, il y avait quelques années de cela, de sa beauté et de ce que cela pouvait lui procurer. Toutes les nuits, elle se livrait au même crime passionnel. C'était une vie excitante, et non monotome comme s'en plaignaient souvent certains de ses congénères. Elle renaissait chaque nuit et sentait un peu plus puissante et vile à chaque fois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toshiro

avatar

Messages : 509
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 20

Votre Loup. ♥
Meute.: Est.
Mémo.:
Rang.: Mercenaire/Bêta

MessageSujet: Re: T'en va pas au bout de la nuit - Libre -    Mar 26 Juin - 23:51

Je me balançais d'une patte à l'autre sans jamais savoir laquelle serait la plus apte à supporter le poids du reste de mon corps. Je clignai des yeux. Rien qu'une seconde, elle parut disparaitre. Mais elle était là. Toujours là. A m'attirer. Je crus que mon tête allait exploser lorsqu'elle répondit:

« Qu'est-ce qui te fais dire que je désire quelque chose ? Remercions seulement la bonne étoile de nous avoir réunis ici. Tu ne regretteras pas d'avoir croisé ma route. Apelle-moi Fury, cela vaut bien mieux que de me nommer par mon rang. »

Chaque mot qu'elle avait prononcé, résonnait, criait dans mes oreilles. Ses paroles sonnaient faux. Je savais les reconnaître. Je parlais peu, mais j'écoutais.
Je sentais que la cage qu'elle formait autour de moi se resserrait et que la porte se refermait. Était-ce donc mon sort? Il fallait que je me concentre. Mais me concentrer! La belle affaire. Impossible puisque la lupine de l'Est me tuait encore avec son regard. Oui, me tuait.
Est. Ces Assassins. Et elle voulait avoir des affinités avec moi? Ces sales loups. Je les haïssais. Ils tuaient sans raison des loups innocents, et on racontait même qu’ils assassinaient les recrues qui ne les satisfaisaient pas. Affreux et sanguinolents, ils ne mettaient aucune limite à leurs désirs. Les plus affreux soient-ils. Ils n’avaient aucun sens du respect, s’entretuaient les journées sombres et mentaient comme ils respiraient. Ils étaient détestables, c’est tout. Seuls ceux de l’Ouest les supportaient et les côtoyaient, mais encore ! C’était peu souvent, car ils étaient uniques, des machines à tuer. Ils buvaient du sang, aussi ! La louve, quand j’étais arrivé, s’abreuvait avec du sang ! Ils ne méritaient que la mort.
Mais cette louve m’hypnotisait. Son regard était sans fond. Et il tournait, aussi beau qu’une rose, mais aussi douloureux que sa tige.
Il fallait que je sorte. Il fallait que je m’en aille. Elle allait abuser de moi. Elle allait me tuer. La panique tuait mes sens. Il me fallait un repère, une étoile, un guide. Une chose qui me ferait revenir à la réalité. Mais ses yeux… ses yeux… son corps… ils faisaient pleurer mon âme.

La Lune
.

Avec un effort infini, je levai la tête vers elle.

La Lune.


Ma presque sœur.

La Lune.


Me faisait revivre.

En presque une seconde, j’avais un plan. En presque une seconde, je vous l’expliquais. En presque une seconde, vous me regardiez d’un air conquis. Ce qui faisait un total de trois secondes ; suffisant pour me sortir de l’emprise de cette Assassine.
Voilà ce qui était sorti de mon esprit. Cette louve était Assassine de l’Est. Normalement elle tuait tous les étrangers sur son territoire, non ? Et moi, elle m’avait laissé en vie jusqu’à présent. Pensait-elle que j’étais de l’Est ? Sûrement. Voilà pourquoi elle était si lente. Elle hésitait. Si elle tuait un membre de sa meute, elle serait dans un sale pétrin. Ne sentait-elle donc pas mon odeur Nordique ? Non, car le sang de la rivière la masquait. Je n’avais qu’une seule chose à faire. Me faire passer pour un loup de l’Est. Ce qui me répugnait. Un Bêta de l’Est. Ce qui me donnait encore plus la nausée. Mentir. Il le fallait.
Rapidement je me mis dans l’état d’esprit. Sadique, affreux, désireux, tueur. Qu’aurait fait un loup de l’Est ? Accepter ses avances ou la tuer.

« Je te nommerais par ton rang si j’en ai envie !
, fis-je en grognant fortement, Assassine, ne pense-tu pas que c’est irraisonnable de me draguer d’une telle façon ?! Ne sais-tu donc pas que je suis Bêta ?! Ton supérieur. N’empêche tu es très mignonne. Cela ne m’étonne pas que tu sois de notre Meute ! Ah Ah Ah ! »

Je coupais, un peu à court d’idées, puis repris :

« Recule et nous discuterons. Je veux bien t’accorder te plaisir. Oui, discuter. Et je verrais ensuite. Qu’en dis-tu, Assassine ? »

La belle louve avait perdue l’emprise qu’elle avait sur moi. Quoique non.


(Désolé pour le retard! =x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fury

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 21

Votre Loup. ♥
Meute.: Est.
Mémo.:
Rang.: Assassine.

MessageSujet: Re: T'en va pas au bout de la nuit - Libre -    Jeu 5 Juil - 21:19

[De même pour moi, désolée de mon retard.]

Les mailles du filet se resserraient. Le loup resterait entravé entre. Il n'y échapperait pas. Personne ne pouvait en réchapper. Il s'enfonçait à chaque secondes qui passait un peu plus dans ce couloir ténébreux. La mort était au bout du chemin.
Lentement, Fury se mit à tourner autour de lui, sa queue battant l'air en rythme. Ses yeux d'ambre, légèrement écarquillés, étaient fixés sur le mâle, scrutant ses moindres faits et gestes. Il ne bougeait pas, mais l'assassine voyait bien que toute son attention était portée sur ses paroles. Ses douces et fausses paroles, qui résonnaient comme une mélodie dans l'air frais de la nuit.

L'odeur du sang planait dans l'air, cette odeur que certains auraient pu trouver abjecte mais dont Fury ne pouvait se passer. Elle huma cet air pur qui avait pour effet de revigorer son corps tout entier. Délicatement, elle fit passer sa langue sur ses babines noires, se délectant à l'avance des ripailles qui allaient s'ensuivre... La faim tenaillait son estomac insolent et elle assouvirait son désir. Une idée des plus ingénieuses s'insinua dans son esprit malsain. Et cette idée la séduit immédiatement. Pourquoi ne pas organiser une partie de chasse avec ce mâle dont elle ne connaissait pas le nom mais qu'elle savait de sa meute ? Cela lui permettrait de reprendre des forces mais aussi de gagner la confiance de cet inconnu.
L'idée que ce dernier ne faisait pas partie de sa meute ne lui vint pas un seul instant. Elle pensait que son odorat était infaillible et pourtant, pour la première fois de sa vie, peut-être, il venait de lui jouer un tour qui lui coûterait cher, inévitablement. Si elle avait su dès le début que ce loup au pelage argenté n'était autre qu'un individu d'une meute ennemie, elle lui aurait déjà bondi dessus pour l'achever à coups de griffes et de crocs bien placés. Elle ne pouvait tolérer qu'un loup non oriental pénètre en ces lieux qu'elle chérissait tant. Tous ces impertinents devaient mourir sur le champ, payant ainsi le prix de leur insouciance.

L'assassine reposa son regard sur le mâle qui n'avait toujours pas bougé de place. Seulement, cette fois, sa tête était tournée vers la lune qui dominait le monde entier, perchée là-haut, et qui produisait une faible lumière argentée qui éclairait les deux lupins au cœur de la nuit. Quand l'individu abaissa son regard pour le plonger dans celui de Fury, il semblait avoir changé. C'était inexplicable, tellement étrange. En quelques instants, son regard et son attitude changèrent.
Fury plissa les yeux, ne comprenant pas vraiment tout ce qui se tramait. Elle ne se doutait pas pour le moins du monde que face à elle, elle avait un imposteur.

« Je te nommerais par ton rang si j’en ai envie ! » Il venait ainsi de prendre la parole en grognant avec force. « Assassine, ne penses-tu pas que c’est irraisonnable de me draguer d’une telle façon ?! Ne sais-tu donc pas que je suis Bêta ?! Ton supérieur. N’empêche, tu es très mignonne. Cela ne m’étonne pas que tu sois de notre meute ! Ah, ah, ah ! »

Elle répondit à son grognement par le même, encore plus puissant et sourd à la fois. Ce dernier jaillit de sa gorge sans quelle puisse le contrôler. Elle ne supportait pas que l'on se mit à lui grogner dessus, pour quelle raison que ce soit, même s'il s'agissait de son supérieur. D'ailleurs, il n'y avait que ses dominants qu'elle respectait. Il n'y avait qu'eux qui avaient une autorité sur cette louve arrogante et désobéissante. Il n'y avait qu'eux qu'elle craignait. Et pourtant, chaque nuit pratiquement, elle s'endormait avec l'espoir de renverser les souverains de la meute et de prendre le pouvoir. Elle savait que l'attente serait longue, et que son rêve ne se réaliserait sans doute jamais mais elle s'était armée de patience et elle était bien résolue.

« Recule et nous discuterons. Je veux bien t’accorder te plaisir. Oui, discuter. Et je verrais ensuite. Qu’en dis-tu, Assassine ? »

Fury fit la sourde oreille. L'ordre qu'avait prononcé le loup n'eut aucun effet sur elle car elle ne bougea pas d'un centimètre. Au contraire, elle enfonça ses griffes encore plus profondément dans le sol et regarda le mâle avec une attitude de défi. Il semblait s'être désisté de l'emprise que la louve orientale avait sur lui et cela ne plaisait guère à cette dernière.
Elle était tellement proche de lui qu'elle pouvait percevoir son souffle sur son visage. Un sourire s'esquissa avec une infinie lenteur sur son visage. Elle entrouvrit légèrement ses lèvres et souffla avec délicatesse. Elle se redressa de toute sa hauteur, sa queue quelque peu arquée, ses pattes droites, le port de tête altier. Cela devrait sûrement dissuader le loup de la traiter comme une moins que rien. A présent, elle lui imposait toute sa beauté et sa force. L'idée de séduire ce dernier s'était dissipée, mais pas complètement encore. Elle reviendrait bien vite à l'assaut. Pour l'instant, il fallait qu'elle réussisse à se faire respecter par ce bêta qu'elle n'avait jamais vu au sein de ces terres orientales.

Elancée, Fury semblait porter en elle toute la beauté, la finesse et la grâce du monde. Sans oublier la puissance, avec ses muscles fins mais dont nul ne pouvait ignorer l'existence. Et elle s'en vantait. Elle n'hésitait pas à mettre en évidence ses courbes féminines lorsqu'elle se trouvait face à des mâles qui avaient attiré son œil malveillant et qui succomberaient bien vite entre ses griffes aiguisées.
Au lieu se reculer comme le lui avait ordonné son supérieur, elle se rapprocha encore plus de lui. Elle en était tellement proche que son odeur et les quelques poils épars de sa fourrure se mêlèrent aux siens.

« Tu ne me nommera pas par mon rang. » souffla t-elle avec autorité. « J'ai beau être inférieure à toi en grade, tu me dois le respect autant que je te le dois. Et pour autant que je sache, le petit jeu auquel je me suis prêtée ne t'as pas déplu, n'est-ce pas ? Alors cesse de geindre.

L'assassine marqua un léger temps de pause pendant lequel elle examina le mâle, ce qu'elle n'avait pas eu le loisir de faire complètement, auparavant. Bien bâti, nul ne pouvait le contester, c'était évident. Séduisant, oui, de même. Autoritaire ? Elle ricana à cette seule pensée. Même elle l'était plus. Et intelligent, l'était-il ? Et sadique ? Et... Tant de questions qui tournoyaient dans sa tête...

« Je ne reculerai que si j'en ai envie. Je n'ai, non plus, nullement envie de discuter. Mais, que dirais-tu d'une partie de chasse, rien que nous deux ? Ce serait pour moi l'occasion de te montrer mes talents de chasseresse hors pair. » Elle lui adressa un sourire moqueur. « Et ce serait pour toi aussi l'occasion de me montrer ta puissance. Après cela, peut-être que je t'obéirais. Mais sache qu'il n'y a que mes dominants qui peuvent espérer obtenir quelque chose de ma part.

Elle patienta quelques instants, son lourd regard posé sur le loup. Relèverait-il son défi ? Il fallait l'espérer, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toshiro

avatar

Messages : 509
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 20

Votre Loup. ♥
Meute.: Est.
Mémo.:
Rang.: Mercenaire/Bêta

MessageSujet: Re: T'en va pas au bout de la nuit - Libre -    Jeu 19 Juil - 4:45


" Tu ne me nommera pas par mon rang.
J'ai beau être inférieure à toi en grade, tu me dois le respect
autant que je te le dois. Et pour autant que je sache, le petit jeu
auquel je me suis prêtée ne t'as pas déplu, n'est-ce pas ? Alors cesse
de geindre. "

Quel tempérament! L'atmosphère était très peu rassurantes. Cette louve était si ... Étrange. Différente de celles du Nord. Si douces, affectueuses, obéissantes, respectueuses. Jolies. Mais justes banales. Fury avait été envoutante. Maintenant, hérissée, vexée et souhaitait le respect de ma part. La Meute de l'Est acceptait donc que ses membres soient si... peu raisonnables avec les loups supérieurs? Eux, plus puissants et intelligents que la moyenne?

" Je ne reculerai que si j'en ai envie. Je n'ai, non plus,
nullement envie de discuter. Mais, que dirais-tu d'une partie de chasse,
rien que nous deux ? Ce serait pour moi l'occasion de te montrer mes
talents de chasseresse hors pair.
Et ce serait pour toi aussi l'occasion de me montrer ta puissance.
Après cela, peut-être que je t'obéirais. Mais sache qu'il n'y a que mes
dominants qui peuvent espérer obtenir quelque chose de ma part.
"

Elle souriait. Elle me narguait. A vrai dire, je me demandais encore ce que je faisais ici. Cela m'arrivait peu, mais j'avais honte de moi même. Avec mes muscles, mes crocs et mes griffes, pourquoi ne pas la transpercer? La tuer, aussi belle soit-elle et laisser barbarement sa carcasse sur le sol? Même si ses manières ne me ressemblaient guère, j'étais un loup. Un loup qui ne supporte par les Assassins, et entre autre, l'Est.
Mais si on l'observait en profondeur, on pouvait affirmer qu'elle était musclée. Musclée... Une guerrière. Une Assassine, qui ne savait ce qu'était l'honneur et le savoir vivre. Elle tuait pour le plaisir. Pour rigoler, une partie de cartes, qu'elle gagnait et faisait écrouler tout au long de la soirée. Mais d'où venait-elle? Ses parents n'était donc que des loups horribles, habituant leurs filles à des coutumes où la pitié n'existait pas.

Plongé dans mes pensées, je n'avais remarqué la louve, approchée jusqu'à avoir un contact avec mon pelage. Je m’empreignais de son odeur. Une odeur de sang. Une odeur que je détestais. Il fallait éviter la mort. Donc bannir l'Est. L'Ouest au pire. Et s'allier pour résister. S'aider à se nourrir, à trouver des abris... Les guerres ne servent à rien. Elles ne mènent à rien. Plutôt s'unir pour grandir en force. Pour vaincre nos assaillants. Les ours, les renards, les meutes aux alentours n'oseraient plus nous approcher. Car notre puissance serait sans limite. Il fallait que l'Est change. Que tous les loups comme Fury reviennent à la raison. Qu'ils soient sages et mesurent leurs actes.
Que Roaring Wolf ne soit plus qu'un.

Je secouais mon pelage et poussa l'Assassine de la tête. Je ne voulait de contacts physiques. Être au plus loin d'elle. Qu'elle me laisse. Mais non, elle voulait chasser. Elle voulait voir ma force. Même si j'avais un peu faim, un problème s'imposait; si on s'éloignait trop de la Rivière, elle reconnaitrait l'odeur de la Meute du Nord. Elle n'aurait plus qu'à me tuer. Enfin à essayer. Oui! Tout n'était pas perdu! Puisque j'arrivais désormais à m'arracher de son emprise, si elle m'affrontait, j'avais normalement le dessus, vu ma corpulence. Et avec un peu de chance, elle capitulerait. Et là, je déciderais si elle est apte à me laisser partir. Une simple brise sur son territoire.

Un souffle glacé et éphémère.

Mais quel débile je faisais aussi! Pourquoi ce sang m'avait attiré? Pourquoi avais-je laissé libre cour à mes envies? Ahh... je me sentais si pathétique et abattu. Incapable de me débrouiller face à une Assassine de l'Est.

" Je n'ai pas mangé aujourd'hui. Peut être que chasser avec toi me fera du bien... "


Je coupai brièvement puis repris:

" Fury, peut être qu'avec toi cette partie de chasse sera une danse? "


Je rougis, confus de mes paroles. Etais-je donc repris par son pouvoir, ce filet endiablé?

Las de réfléchir. Las de penser qu'elle me reconnaitrait dans quelques minutes.
Las, je me mis à marcher, à courir.
En priant qu'elle me suivrait dans cette obscurité...


(Gros changement de caractère, Tsume Barbare ne m'inspirait pas^^ Désolé pour l'énorme retard =X... Pour avoir plus un contexte RP, on continue dans les Bois Maudits?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: T'en va pas au bout de la nuit - Libre -    

Revenir en haut Aller en bas
 
T'en va pas au bout de la nuit - Libre -
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Dansons, jusqu'au bout de la nuit ! [PV Nino & Dulcianna]
» Voyage au bout de la Nuit [Partie 1] [Terminé]
» Play Doh: T'es plus malin avec tes mains!
» Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roaring Wolf :: Hors jeu. :: » Corbeille :: Corbeille des Rp's-
Sauter vers: