AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CHAPTER III ; éternel recommencement.

Aller en bas 
AuteurMessage
Sharpe Buck

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

Votre Loup. ♥
Meute.: Nord.
Mémo.:
Rang.: Bêta.

MessageSujet: CHAPTER III ; éternel recommencement.   Jeu 9 Aoû - 1:41


I think...

premier post réservé à ecstasy.

Le soleil de la supériorité scintillait, éblouissait le parfumeur comme la lumière aveugle les insectes qui veulent un jour doux ou les demis-ténèbres d’une belle nuit. Si Sharpe Buck s'était interrogé sur les dires d'autrui, on aurait pu penser qu'il existait une infime partie de lui qui soit diplomate, intelligente ou même démocrate. Mais Sharpe ne s'interrogeait en cet instant que sur ses propres dires, ce qui ne faisait qu'aggraver son cas. Il se posait des questions, sur ce qu'il disait, sur ses propres pensées, sur leur visée profonde. Ce n'était pas de l'égocentrisme, même si ça y ressemblait fort, mais simplement une remise en question permanente, une série de doutes acheminés, qu'il avait accumulés, sur tout ce chemin long et tortueux qu'on appelait la vie. Cette vie qui se jouait d'eux, sans cesse, se fichait de leur souffrance, leur riait au nez et les narguait car elle n'existait réellement que pour ses favoris. Et tout recommença dans la tête de Sharpe Buck. Il entrevit encore une fois des milliers de créatures informes, venues des cieux le dévorer, lui, insignifiant loup, être mortel et si fragile, malgré cette apparence forte et puissante qu’il se donnait. Si un soupçon de réalisme venait à percer les méandres de son esprit torturé, il s’envolait aussitôt, comme une fée volage, ou comme un trésor à portée de main mais inaccessible. Car l’esprit du mâle se résume à cela ; à ce mot si fort et si irréel à la fois : inaccessible. Même à lui, ses propres pensées lui sont interdites, l’accès à sa raison coupé, celui de ses souvenirs saturé. Pire encore, sa vision du monde, la distinction du monde réel et du monde surréaliste n’existe plus. Et que fait-il ? Comment peut-il accepter une vie pareille, infernale, sans cesse malmenée ? Il la subit sans broncher. Car il n’en connaît pas d’autre. Il n’ose imaginer vie meilleure, où le « bonheur » existe. Le bonheur n’existe pas ; il n’est que le fruit de l’interruption de la souffrance. Cette interruption, brève, rapide, parvient parfois jusqu’à Buck. Le mâle se retrouve donc pris au piège, entre sa folie qui lui crie d’en finir et son instinct qui lui commande de se battre, de continuer à avancer perpétuellement. Chaque pas de la vie, chaque avancement dans cette ignominie, c’est se rapprocher un peu plus de la mort. Et cela, c’est ce que Sharpe Buck se dit pour se rassurer. La mort, synonyme de délivrance. Chez les loups, au contraire des humains – fort heureusement d’ailleurs – la raison n’est pas la plus forte. L’instinct triomphe toujours. Il faut survivre, quoi qu’il advienne, quoi qu’il se produise.
Et, avec son regard fou, désaxé, perdu, il entrevoit un démon aux ailes d’ange passer sous son nez. Il se dit qu’enfin, la mort vient le chercher alors qu’elle commence seulement à jouer avec lui. Mais son instinct, toujours présent, le fait se battre. Il recule d’un bond, l’être maléfique se jetant à sa poursuite d’un air faussement innocent, d’un battement d’aile mielleux et angélique. Mais Buck sait, se persuade sans mal que tout n’est que supercherie. Puis, de son regard s’ôte ce voile opaque et dévoile au peu de jugeote qu’il lui reste la vérité : l’être maléfique, le démon sanguinaire n’était qu’un simple papillon. Un craquement soudain, digne de sortir tout droit des enfers, le replonge dans son monde fait de douleur et d’illusions. Il sent ses poils se hérisser sur son échine, ses babines se retrousser pour intimider cet adversaire invisible qui se joue de lui. Mais, face à une créature envoyée par Satan, a-t-il la moindre chance d’en réchapper ? Il sait que, face à une telle force, ses grondements dérisoires sont vains. Et il se sait irrémédiablement perdu.



BY ACCIDENTALE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifer

Haut Gradé.
Chef Suprême.

avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 13/07/2012
Age : 26

Votre Loup. ♥
Meute.: Ouest.
Mémo.:
Rang.: Dominant - Nada

MessageSujet: Re: CHAPTER III ; éternel recommencement.   Lun 20 Aoû - 15:39

Un vent léger soufflait entre les arbres, certains encore tout jeune pliait allégrement sous le souffle de cette brise fraîche. Tout semblait parfaitement calme, les papillons voletaient avec grâce auprès des fleurs colorées et les insectes faisaient du sol leur propre territoire. Le soleil très léger passait sans trop de contrainte entre les branches des arbres, dévoilant du même coup le regard étrangement brillant du carnivore le plus populaire sur le territoire de Roaring Wolf. Une splendide bête se trouvait là, le corps presque au niveau du sol. Ses yeux doré était intense et fixait très précisément les oreilles brunâtres d’un petit lièvre qui, visiblement, ne se doutait en rien du danger qui le guettait. Il y avait une chose cependant qui était étrange. Malgré toute la liberté qui se trouvait là. La louve ne semblait pas encore prête à faire son bond pour tuer la pauvre bête. On pouvait d’ailleurs apercevoir les oreilles de la jolie demoiselle bouger, comme si elle réfléchissait ardemment. Ce qui n’était pas faux d’ailleurs. Le cerveau de la blanche tournait à mille allures. Inspectant chaque mouvement d’herbe, ressentant ce très léger courant d’air qui s’immisçait partout. Chaque petits bourdonnement d’insectes étaient prit en considération, le moindre chatouillement la faisait réagir un peu plus. Entrouvrant légèrement les babines, la belle se murmura tout doucement à elle-même, comme pour se convaincre que tout était parfait.

« Le vent est bon, face a moi cette proie ne sent pas ma présence, cependant l’air c’est l’air il ne faut jamais ce fier au courant. Les insectes sont trop occuper pour se rendre compte de la présence des autres. Le soleil est au point mort, mon ombre ne me trahira pas non plus. Il ne reste donc … »


Sa voix se perdit alors que la louve s’avançait lentement entre deux arbres. Son pouvoir ne lui serait pas utile ici. Se servir de ce dernier pour tuer un misérable lapin serait trop stupide comme usage de toute manière. Ecstasy inspira silencieusement et à partir de cet instant elle retint son souffle alors qu’elle avançait d’un autre pas. Ses muscles étaient tous tendu, son pelage, normalement parfaitement lisse était très légèrement hérissé. Si un seul loup passait à cet instant précis, il pourrait très bien regretter d’avoir brisé une concentration aussi pure. Relevant doucement sa patte postérieur droite, Defying Ecstasy sentit presque ses iris se dilaté sous l’odeur alléchante de cette proie presque à sa portée. Il ne lui restait qu’un mètre, un seul et minuscule petit mètre et cette chair fraîche serait à elle. Cependant, un craquement sonore se fit entendre. La louve au pelage pur cessait tout mouvement. Sa patte postérieure droite toujours dans les airs. Couchant les oreilles et abaissant le plus possible son corps, la louve fit glisser son regard perçant partout. Elle aperçu alors un renard. Ce dernier venait de tout saccager. Un crétin de plus sur sa liste. N’ayant plus le choix, la belle se concentra et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le lièvre mourrait sans que personne ne puisse réellement l’expliquer. Tuer par une force invisible.

Redevenant visible, la louve déposa le corps maintenant sans vie, le bord de ses lèvres brillait d’une légère couleur rouge. Expirant l’air qu’elle gardait dans ses poumons depuis de longues minutes, Ecstasy, au moment ou elle inspirait de nouveau, sentit son pelage se hérissé de colère. Que faisait-il ici celui-là ?! Abandonnant sa proie, la louve se glissa de nouveau entre deux arbres, son cœur battait avec force, il battait si fort qu’elle le sentait jusque dans ses orteils. Elle mit moins de 2 minutes à se rendre là ou ce traitre ce trouvait. Cessant tout mouvements lorsqu’elle l’aperçu, elle du ignorer le pincement à l’estomac qu’elle ressentit en apercevant son regard brillant de folie. Inspirant profondément, comme pour se convaincre, la belle émergea entre les arbustes, l’observant quelques secondes, la colère brillait dans son regard doré. Elle ouvrit alors les lèvres, et une voix froide voir même colérique fit éruption dans l’air.

« Tu fais Pitié Buck ... »

Malgré sa folie, c’était certain qu’il la reconnaitrait. Un très léger sourire remplit de haine aux lèvres, Defying attendit sans plus une réaction venant du tricolore.

[ J'espère que sa te plait ♥ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
CHAPTER III ; éternel recommencement.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Murmure Éternel. Fini.
» [Chapter 1] L'air chaud d'un désert aride
» Partenariat - DGM Lost Chapter
» Floette-Éternel / Floette-Eternal-Flower
» Olympus Chapter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roaring Wolf :: Hors jeu. :: » Corbeille :: Corbeille des Rp's-
Sauter vers: