AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La douleur... [Gabrielle/Strom]

Aller en bas 
AuteurMessage
Libby



Messages : 387
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 20

Votre Loup. ♥
Meute.: Solitaire.
Mémo.:
Rang.: Soltaire// Guérisseuse

MessageSujet: La douleur... [Gabrielle/Strom]   Lun 25 Juin - 2:24

    Le soleil brillait de mille feux et régnait en maître sur les cieux. Aucuns nuages ne venaient occulter sa lumière. Tous ses rayons chauds se rependaient sur la plaine sans aucuns obstacles. Rien, ils se posaient doucement sur une masse grise. Masse qui ne bougeait absolument pas. Si on s’approchait, on pouvait tout de même voir ses côtes se soulever avec difficulté ainsi que ses poils qui dansaient avec le vent. Une odeur de sang pouvait aussi perturber cette joie que normalement un temps aussi magnifique devait procurer. Un cri étouffé retentit dans la forêt accompagné par d’autres plus aigus encore.

    « Vas-y relève toi! Tu n’as rien, j’en suis sûre. » Prononça la voix la plus aigue.

    S’ensuivi d’un autre cri étouffé. A travers les hautes herbes, posées sur une pierre plate, la masse grise remua un peu avant de pousser un cri de douleur. Son beau pelage gris était entrecoupé d’écorchures rougies par le sang ainsi que d’une plaie sur l’épaule. Le sang s’écoulait doucement sur ses poils, leurs donnant un aspect poisseux et une couleur écarlate. Devant son museau se tenait sa compagne de toujours, Cléo. Celle-ci avait un air affolé et tentait en vain de donner du courage à Gabrielle. Gabrielle qui se tordait de douleur a chaque mouvement. Son pouvoir ne fonctionnant plus.

    Un peu plus tôt dans l’après midi, toutes deux s’étaient promenées tranquillement. Gabrielle fuyant tous ses patients insatisfaits et Cléo la suivant, comme d’habitude. Alors que l’une scrutait l’horizon se plaignant du trajet pour le retour, l’autre avait repéré une étendue d’eau capable de les abreuver. Gabrielle, la gorge sèche courut vers cette occasion non sans cacher sa joie. Dans tant de précipitations, elle n’avait pas remarqué que cette étendue d’eau était abreuvée par une rivière tumultueuse qui elle-même débouchait sur une chute d’eau vertigineuse. L’air frais gravitant autour de ce lieu mortel l’aillant attirée dans son piège.

    La louve n’y tenant plus, avait brisé la mince glace et, malencontreusement, était tombée dans le liquide glacé. Elle s’était faite emportée en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Sa pie poussant des cris, l’avait avertie de la cascade qui se situait a l’autre bout de la marre. La louve tentait de s’accrocher à quelque chose pouvant la tirer d’affaire. Mais le courant ne lui laissait aucun répit. Pourtant elle se débâtait avec force, ses pattes longilignes brassant l’eau, sa tête cherchant l’oxygène. Tout cela ne dura pas plus de cinq minutes. Dans un cri horrifié, la louve tomba en bas de la cascade, emportée par les flots. Là, elle se heurta à toutes sortes de rochers aiguisé et meurtriers. Son pouvoir la guérissant pendant la plupart du temps, normalement tout devait se passer pour le mieux, si je puis dire. Mais a force de s’ouvrir, la guérison se stoppa. Reprenant le rythme d’un loup tout à fait normal. Gabrielle tomba dans un grand « plouf » dans l’eau en contrebas.

    La cascade s’écrasait dans un grand fracas et soulevait des centaines de minuscules gouttes qui obstruaient la vision de Cléo. Mais l’oiseau avait réussi à repérer Gabrielle qui se trainait sur la rive. Voilà comment une louve ayant le puissant pouvoir de régénération se trouvait suffocante…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fury

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 21

Votre Loup. ♥
Meute.: Est.
Mémo.:
Rang.: Assassine.

MessageSujet: Re: La douleur... [Gabrielle/Strom]   Lun 25 Juin - 7:16

Le soleil dardait sur les terres australes ses puissants rayons, chauds et lumineux. Allongé sous un arbre, oisif, se prélassant à l'ombre et profitant de l'abri que lui proposaient les feuillages, se trouvait Storm. Il était sur le dos, les pattes repliées sur son ventre blanc, les yeux à moitié ouverts. Il s'imaginait des formes et arabesques tordues, en regardant les nuages, voyant par là un lapin, et par ci un arbre, d'un simple coup d'œil avisé.

L'air fleurait le bel automne qui signifiait la fin de l'été et la proximité de l'hiver qui se faisait déjà ressentir, par moment. Le froid commençait à s'installer, certains jours, accompagné de vents glaciaux venant tout droit du Nord. Les loups arctiques se mettaient déjà à faire leurs provisions où l'hiver arrivait bien plus vite chez eux qu'ailleurs, se restreignant au niveau du gibier. Storm avait donc toutes les raisons de profiter des derniers et rares jours de beau temps. Cela ne durerait pas, il le savait. La saison à venir serait rude, la neige tomberait sans ménagement, le froid mordant, les vents froids, l'eau gelée. On se le disait de bouche à oreille, au sein de la meute et des meutes voisines.

Storm bascula sur le flanc, se remit sur le ventre puis se releva d'un coup. Une promenade s'imposait. Il n'aimait pas rester là à ne rien faire, à regarder les autres s'affairer autour de lui. En cet après-midi, il n'était pas de garde, on lui avait accordé un bref moment de répit mais cela lui convenait tout à fait. Il n'était pas du genre paresseux et accomplissait ses missions sans rechigner.
L'herbe se pliait sous ses pas lents, sa tête oscillant de droite à gauche en rythme, ses yeux s'emplissant de la beauté du paysage qui s'étalait sous ses yeux d'un bleu pâle. Il respira profondément, s'imprégnant des effluves de la forêt tropicale, des milles senteurs qui s'en dégageaient, de ce doux parfum si délicieux mais sur lequel il n'arrivait pas à mettre de mot. Il était chez lui. Sur les terres de la meute à laquelle il appartenait. La meute qui avait bien voulu l'accueillir, ne se préoccupant même pas de son misérable passé. Celle du Sud. Celle à qui il devait tout, à qui il se dévouait corps et âme.

Il s'en souvenait comme si c'était hier. Et pourtant, cela remontait à bien des années. La fatalité qui s'était abattue sur lui : la disparition de son frère Kerwan, son exil, chassé de son chez-soi par sa propre mère, sa longue errance et son arrivée chez les austraux.
Les blessures du passé étaient profondes, toujours aussi cuisantes. Elles n'étaient pas corporelles mais relevaient du sentimental. Sa gorge se nouait à chaque fois qu'il y repensait, à chaque fois qu'il revoyait ces images qu'il s'efforçait vainement d'oublier sous ses yeux. Il se sentait oppressé, comprimé dans un étau. « Assassin, assassin. » persiflait une voix inquiétante dans sa tête. « Il est mort à cause de toi. Par ta faute. » Storm secoua la tête dans tous les sens, ébranlé et accéléra le pas sans vraiment s'en rendre compte. Plus rien n'allait ; il se sentait mal dans son propre corps. Sans but, il avançait, le regard fixé droit devant lui, ses pattes effleurant avec une légèreté surprenante le sol, soulevant un nuage de poussière qui lui obstruait pendant quelques secondes la vue.

Il débarqua dans son lieu favori au sien des terres du Sud. Ici, tout avait une apparence secrète. Un endroit où l'on pouvait respirer le calme et la tranquillité. De multiples courants d'eau s'écoulaient sans jamais s'arrêter, imperturbables, s'éparpillant en divers points d'eaux. Seuls quelques minces rayons de soleil parvenaient à pénétrer au sein de cette clairière aux couleurs d'émeraude, filtrant à travers les branchages.
Storm virevoltait autour de ces bassins d'eau cristalline, bondissant comme un lièvre, léger comme le vent, comme porté par ce dernier. Il oublia pendant seulement quelques instants. Tout. Absolument tout. Il pensait juste à ce moment précis et à rien d'autre ; cela suffit à lui redonner le sourire.
Il s'acceptait enfin. Ce qu'il avait toujours eu plus ou moins de mal à faire à cause d'une enfance bercée par des conflits ravageurs avec ses fraternels mais aussi par la mort de son frère dont il portait l'entière culpabilité sur ses épaules. Son corps avait atteint une harmonie parfaite, un visage fin, des yeux bleus pétillants de malice et d'intelligence ainsi qu'un pelage d'un blanc éclatant. Il avait tout pour plaire : beau, séduisant, romantique. Mais il ne profitait même pas de ces quelques qualités qu'il avait la chance de posséder à des fins utiles.

Un cri à glacer le sang se fit soudain entendre dans le couvert des arbres. D'autres plus aigus encore s'ensuivirent. Storm se figea instantanément, le cœur battant à tout rompre. D'un bond, sans réfléchir plus longtemps qu'il ne le fallait, le loup austral s'élança à travers la forêt, se dirigeant vers la source de ces glapissements de douleur. Il sautait de rochers en rochers, serpentant entre les troncs d'arbres et les multiples obstacles naturels qui entravaient son chemin. Le paysage défilait sous ses yeux à une allure fulgurante. Il longeait la cascade, descendait la pente abrupte pour atteindre la berge, qui se trouvait plus bas.
Quand il arriva enfin, essoufflé, exténué, il ralentit l'allure. Une masse grise se tortillait sur le sol en gémissant. A côté, un oiseau lui parlait.

« Vas-y relèves toi ! Tu n’as rien, j’en suis sûre. » déclara ce dernier d'une voix aigue.

Sa compagne, la louve, se tordait de douleur sur le sol. Storm serra les mâchoires. N'y tenant plus, il s'avança vers les deux inconnues sans prendre garde, sans même s'annoncer. Il se dirigea droit sur sa congénère souffrante et se pencha sur elle, examinant ses blessures. Il ne s'y connaissait pas vraiment mais tout de même assez pour savoir qu'elle ne faisait pas la comédienne et que le sang devait arrêter de couler au plus vite. Son corps présentait de nombreuses et sanglantes blessures ainsi que de multiples plaies. Lentement, une mare de sang se formait sous la masse sombre qu'était la louve. Storm avait les pattes en plein dedans mais il ne s'en soucia même pas ; pour l'heure, il y avait quelque chose de bien plus préoccupant que cela à régler. En l'occurrence, les sérieuses blessures de l'inconnue dont il ne connaissait même pas le nom.

« Il faudrait quelque chose pour arrêter le sang de couler. N'importe quoi. Des feuilles, des plantes pour appuyer sur les blessures. » annonça t-il d'une voix grave et puissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libby



Messages : 387
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 20

Votre Loup. ♥
Meute.: Solitaire.
Mémo.:
Rang.: Soltaire// Guérisseuse

MessageSujet: Re: La douleur... [Gabrielle/Strom]   Dim 1 Juil - 8:15

    Gabrielle ouvrit les yeux. Ses lourdes paupières se soulevèrent lentement pour laisser apercevoir ses deux yeux d’une belle couleur violacée. Un voile de douleur les couvrait. Une douleur lancinante lui parcourait le corps, mais celle-ci était bien plus forte à son épaule. Son premier réflexe fut de regarder autour d’elle. Une flaque de sang se trouvait sous son corps sanguinolent, mais son regard continua sa ronde. La forêt danse l’entourait, la chute mortelle à ses côtés. Chantant imperturbablement sa mélodie. Devant elle, Cléo. Le bel oiseau noir et blanc semblait vraiment affolé. Mais pas plus qu’elle ne l’était. Elle prit une inspiration avant de regarder le ciel. Les nuages avaient disparu, le soleil régnait en maître et posait ses doux rayons sur elle. Rien ne semblait se soucier de ce qu’elle vivait. Elle poussa un cri étouffé. Un appel au secours. Avec un peu de chance entendu par une bonne âme. Mais pour l’instant, elle se sentait seule. Plus seule que jamais. Peut-être que savoir que quelqu’un l’aimait aurait pu la laisser partir plus tranquillement. Parce qu’elle pensait. Non, elle savait qu’elle allait mourir. Qui sait ce qui l’attendra là-haut ? Les Dieux réviseraient-ils leur jugement ? La laisseraient-ils, finalement, aller brûler dans les enfers ? Ou devrait-elle continuer, inlassablement son cycle de réincarnation ? La louve n’en savait rien. Mais elle allait sans doute bientôt connaitre les réponses à ses questions. Et le soleil qui se moquait. Et la forêt a qui cela n’importait rien. Les gens qui s’en fichaient. Ils l’invitaient à partir. Pour que toutes ses souffrances cessent.

    L’ange déchu qu’elle était n’avait pas peur de la mort. Que la faucheuse vienne la chercher mais vite. Car la souffrance qu’elle éprouvait était insoutenable. Sa concentration quitta le ciel pour se poser sur sa respiration. Rapide et irrégulière. Son corps se battait pour la survie. Mais son sang se déversait. Trop de sang. Elle en cracha un peu. Sa vie lui paraissait bien minable. Elle n’avait fait que de mauvaises rencontres. Elle s’était montrée désagréable avec tout le monde. Hautaine et pimbêche. Une pensée d’horreur lui traversa l’esprit. Michaëla. Elle ressemblait à cette peste ! Cet horrible monstre au sourire narquois et à l’attitude des plus méprisables. Elle devait bien rire, de là-haut. A voir sa pire ennemie mener une vie des plus détestables pour ensuite avoir une mort atroce. Un frisson lui parcourut l’échine. Enfer et damnation !
    Mais ses méditations furent troublées par un bruit. Une bouffée d’espoir l’envahit. Serait-ce son sauveur ? Une silhouette blanche se tenait près d’elle. Un sourire s’afficha sur son visage. C’est un ange. Quel message lui a-t-on réservé ?

    -Viendrais-tu chercher mon âme corrompue, cher ange ? Dit-elle d’une voix quasiment inaudible.

    Des mots sortirent de sa bouche mais elle n’en compris pas le sens.

    Cléo ne savait vraiment pas quoi faire. Ses encouragements étaient vains. Gabrielle n’était pas prête de se remettre debout. Pire, son sang se déversait sur la roche, elle faisait une hémorragie. Mais une lueur d’espoir se présentât tout de même. Un loup, là. Il semblait plutôt avoir des intentions pacifiques. L’oiseau voleta un instant dans les airs puis se déposa d’un vif coup d’ailes aux pieds de l’inconnu. Il fallait qu’elle implore son aide… Mais avant qu’elle ne prononce quoi que ce soit, il donnait déjà des indications d’une voix grave et puissante. Cléo pesta contre elle-même. Il ne s’y connaissait pas en médecine ! Elle posa un instant ses yeux d’ambres sur la louve grise. Elle marmonnait quelque chose de complètement loufoque. Celle-ci ne serrai pas en mesure de lui indiquer les plantes nécessaire… La pie chercha ensuite quelques des plantes des yeux. Il y en avait partout. Des grands, des petites, des grimpantes, avec des fleurs et des parfums différents. Elle réfléchissait à toute allure. Cela faisait quelques temps qu’elle accompagnait la guérisseuse partout. Elle se devait de connaitre les effets de toutes sortes de plantes ! Mais c’est si compliqué… L’oiseau poussa un soupire avant de s’envoler vers une touffe d’herbes. Elle se secoua un peu, comme si ça allait l’aider. Elle plissa les yeux, gonfla ses plumes puis les dégonfla de frustrations. La vie de Gabrielle était entre ses griffes ! Elle réfléchit. Dans la tanière de la guérisseuse, une fois, alors qu’elles s’ennuyaient toutes deux, la louve avait tenté de lui donner un cours sur les hémorragies. Une plante…avec une corolle bleue ! Souvenir, déjà bon signe. Un cri de douleur de la part de sa compagne brusqua un peu les choses. Hm, une odeur de moisi ! Et…des larges feuilles en formes de cœur.
    Ca y’est, la pie avait trouvé ! Elle chercha cette plante des yeux pendant moins d’une minute et sautilla pour en arracher une avec son bec. Elle secoua la plante, puis s’envola à nouveau aux pieds de l’inconnu.

    -C’est ça qu’il faut utiliser ! dit-elle d’une voix triomphante.

    Mais l’air grave de se dernier la pressa a nouveau et elle s’envola a côté de l’épaule de Gabrielle. L’endroit qui saignait le plus, a priori. Elle arracha une feuille et la disposa sur son épaule. La pie fit de même avec tout le reste de la plante. Maintenant, il fallait en chercher d’autre pour mettre sur les autres blessures. Un soupire de soulagement de la part de la louve la rassura…

HS: je suis désolée pour le temps que j'ai mis :S
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hakamiah

avatar

Messages : 2334
Date d'inscription : 26/12/2011
Age : 22

Votre Loup. ♥
Meute.: Nord.
Mémo.:
Rang.: Loupiot.

MessageSujet: Re: La douleur... [Gabrielle/Strom]   Jeu 12 Juil - 2:39

Topic toujours d'actualité ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
« Si demain est un jour nouveau, hier un jour véçu.
Aujourd'hui, est-ce un rêve ? »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roaring-wolf.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La douleur... [Gabrielle/Strom]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La douleur... [Gabrielle/Strom]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La douleur de la montagne.
» Gabrielle Delacourt
» La douleur s'efface [PM] [ avec Faith]
» ♦ Gabrielle de Vendôme ▬ « Une fille pure, si naïve et angélique va voir quelques plumes tomber de ses ailes. »‏‏‏‏
» Gabrielle Epitafios Haintworth {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roaring Wolf :: Hors jeu. :: » Corbeille :: Corbeille des Rp's-
Sauter vers: